SAGA : ALIEN

Il y eu Ridley Scott, James Cameron, les débuts de Fincher ou l’étrangeté de Jeunet. Des réalisateurs aux intentions différentes, comme une variation sur le même thème celui de l’alien. L’horreur du premier laissa place à un blockbuster efficace qui fit place à un film à la production houleuse pour terminer sur une sorte d’OVNI au pays de la science fiction avec le français. Pour beaucoup il y a eu Alien et Aliens puis une rupture, un désamour de la saga sous la direction de Fincher et Jeunet. Alors faut-il vraiment s’arrêter au second opus de cette saga ? Fincher et dans une moindre mesure Jeunet sont-ils responsable du déclin de la saga ? Finalement que vaut Alien?

ripley

En 1979 sort Alien de Ridley Scott avec un budget assez dérisoire, 11 million de dollars, le studio 20th Century Fox ne croit pas réellement à ce film de science fiction et pourtant le succès va être au rendez-vous. Il est vrai qu’aujourd’hui encore ne pas être parcouru d’un frison devant le visionnage de ce film semble impossible. Le travail de Scott est fascinant, il a su avec peu de moyen donner un film esthétiquement impeccable. Il y a évidemment le travail de Hans Giger qui a crée certainement l’une des créatures les plus terrifiantes du cinéma mais aussi les décors les plus angoissants et pourtant fascinant d’un univers de science fiction. Mais avant tout, le pari de Scott c’est un casting d’inconnu, John Hurt ou la désormais iconique Sigourney Weaver était à l’époque des véritables pari. On peut le dire le pari est plus que réussie, car  dans les recoins de notre œil reste la vision cauchemardesque de la créature phallique qui hante nos esprits a tout jamais !

Face au succès il n’est pas étonnant qu’une suite ai eu lieu, si celle ci n’était pas foncièrement obligatoire elle va cependant crée la saga que l’on connaît aujourd’hui. Sorti du succès de Terminator, James Cameron est appelé pour réaliser ce second opus, Aliens. Si bien souvent Cameron dit avoir été fan du film et de la vision de Ridley Scott, Aliens est profondément marqué par la patte Cameron. Indéniablement on est face à un film d’action dans la pure tradition américaine. Et pour moi, contrairement à beaucoup, c’est le plus faible volet de la saga, oui, Cameron va développer le cycle de vie de la créature avec l’introduction de la reine, élément majeur de la suite. Mais Cameron va aussi faire débarquer l’armé futuriste, typique de ce patriotisme américain vouant une admiration pour ces soldats. Le fait est que cette suite oublie le côté horreur, le huit clos très angoissant mais surtout le fait de suggérer l’alien plus que le montrer. Car ici ce n’est pas un alien, mais une colonie d’alien ! De plus, la version cinéma est bien moins subtile que la version director cut  vis à vis de la relation entre Ripley et la petite Newt. En regardant la version cinéma on ne comprend pas vraiment pourquoi Ripley est tant attachée à cet enfant, peut être juste le fait qu’elle est une femme avec un instinct maternel. Alors que la version longue nous l’explique, Ripley avait une fille, morte depuis des années suite au voyage de sa mère, c’est une blessure pour Ripley qui voit dans Newt une seconde chance. Si je me montre critique envers ce second volet c’est que je trouve qu’il est bien moins intéressant que le film de 1979. Malgré tout le film est un succès autant public que critique.

Le studio sans hésitation lance la production de deux suites. Enfin c’est l’idée de base. Le troisième volet de Alien, est difficile a cerné. Il est important de revenir sur la production et le développement de ce Alien3. En effet, au début l’idée était de partir sur deux films, le premier devait s’attarder sur la société Wayland-Yutani, Ripley ne devait donc pas apparaître dans ce troisième volet mais revenir pour le dernier film qui aurait raconté la guerre entre Ripley et les aliens. Finalement, William Gibson est engagé pour écrire le scénario, le studio n’est pas convaincue, il demande des réécritures puis Gibson part du projet lorsque Renny Harlin est engagé pour la réalisation.

Le script est confié à Eric Red, dont certaine des idées seront repris par Jean Pierre Jeunet, mais encore une fois, le studio n’est pas convaincue. Renny Harlin part entrainant avec lui le départ d’Eric Red. Lui succéde David Twohy, qui encore une fois réécrit un film complètement différent, mais l’arriver d’un nouveau réalisateur Vincent Ward marque la fin de David Twohy. Vincent Ward plane sur une histoire dans laquelle le vaisseau de Ripley s’écrase sur un « satellite monastère ». Finalement remercie, c’est les deux scénaristes de base, Giler et Hill qui reprennent la main en gardant certaine idée de Ward. Au même moment la 20th Century Fox engage un jeune réalisateur en la personne de Fincher, qui va se retrouver à débuter un tournage alors que le script n’est pas terminé.

C’est de cela que découle la mésaventure culte de Alien3. Marqué par une production houleuse, ou Fincher a été mener jusqu’à la dépression. Ceci marquera le réalisateur qui tout simplement ignorera ce film de sa filmographie. Mais alors que donne Alien3 ? Pour beaucoup c’est le plus mauvais, pourtant je dois avouer que d’une part visuellement Fincher fait un magnifique travail, d’autre part, l’histoire est plus intéressante que le second opus et de loin. Il y a cette prison d’homme ayant inventé leur propre religion, le conflit de l’arrivée d’une femme en la personne de Ripley qui d’ailleurs retrouve une forte personnalité ! Il y a une ambiance proche du premier volet, dans ce huit clos ou la créature est parfois suggérer. Puis l’idée du film c’est le fait que Ripley ai en elle une reine alien. Alors, oui, le film n’est pas aussi bon qu’il aurait pu l’être si la production n’avait pas été aussi houleuse mais il faut quand même souligner le travail de Fincher qui réussi à faire un film cohérent ce qui n’était pas gagnant quand on sait que de nombreuses réécriture ont eu lieu durant le tournage.

Alors que pour mettre fin à tout cela, Ripley se suicide dans le 3eme opus, ce qui n’empêche pas le studio de lancer la production d’un quatrième volet. Joss Whedon est aux commandes du scénario qui dans un premier temps devait mettre en avant un clone de Newt, avant de finalement opter pour un clone de Ripley. Si Sigourney Weaver n’est pas chaude à l’idée de reprendre son rôle, elle est séduite par le script de Whedon tout en suggérant l’idée que son personnage soit mi-humaine mi-alien. Dans un premier temps c’est Danny Boyle qui est approché par le studio, mais finalement celui-ci refuse. La 20th Century Fox va alors contacter Peter Jackson et Bryan Singer avant d’être séduit par l’univers visuel de Jeunet.

Il faut bien le dire Jean Pierre Jeunet à la tête d’un Alien c’est surprenant. D’autant plus surprenant quand on sait que le même studio avait choisi Fincher pour pouvoir aisément le contrôlé et donne carte blanche à Jeunet. Alors Alien Ressurrection c’est un peu l’alien dans l’alien. Il est vrai que le film est complètement différent des autres. Il est marqué visuellement par la patte de Jeunet ! Par sa fascination pour les êtres différents. Pour ce filtre jaune caractéristique de son cinéma. Le film en lui-même est extrêmement bon, souvent malmener, il reste un de mes favoris avec le premier. J’aime énormément le travail de Jeunet sur Alien. Je suis fasciné par la Ripley de ce film qui cultive sa dualité, alien et humaine, l’affecte qu’elle a pour ce qui est son enfant, et, l’horreur qu’elle lui inspire. La fin en elle-même est finalement comme si un cycle était terminé. Apres toute cette horreur, Ripley est de retour sur terre. Je sais que l’une des premières versions du scénario voyait une troisième partie se passer sur Terre, avec une guerre entre humain et alien. Je suis content que cela n’est pas eu lieu, je préfère le symbolisme de la femme qui à fait un long voyage, de retour chez elle comme Ulysse.

Alors aujourd’hui Alien est encore une saga qui à marquer une génération de cinéphile. Récemment on a appris la mise en chantier d’une suite par le réalisateur de District 9 ou plus récemment Chappie monsieur Neill Blomkamp. Alors revenons sur cela, il est dit que ce 5eme opus ne tiendra pas compte des deux derniers Alien. Je trouve cela profondément ridicule et irrespectueux. Des réalisateurs ont travaillé sur ses films, ils font partis de l’univers d’Alien, on ne peut pas éliminer ce qui nous arrange pour livrer un cinquième opus ! j’espère sincèrement que cela ne sera pas le cas et que le 5eme opus s’inscrira soit dans le passé, avant Alien3 même si cela serait étrange, mais surtout pas après Alien Ressurection en ne tenant pas compte des événements passé. Mais nous reviendrons sur cela quand on aura vu le travail de Blomkamp.

alien-resurrection-ripley-call

Enfin, je ne vais pas revenir ici sur Prometheus. Le cas est très compliqué, annoncé au début comme un préquel d’Alien, le film est dit par Ridley Scott comme se passant dans le même univers mais n’ayant de connexion. Pourtant les références à Alien pullule durant tout le film qui clairement et sans aucun doute se passe avant Alien ! Bref, je consacrerai un article prochainement à Prometheus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s