BOX OFFICE : BATMAN V. SUPERMAN L’AUBE DE LA JUSTICE

Craignant que Superman n’abuse de sa toute-puissance, le Chevalier noir décide de l’affronter : le monde a-t-il davantage besoin d’un super-héros aux pouvoirs sans limite ou d’un justicier à la force redoutable mais d’origine humaine ? Pendant ce temps-là, une terrible menace se profile à l’horizon…

S P O I L E R S

Il est la ce fantasme plus vieux que l’Amérique. Le face à face ultime des mythes, celui qui ne peut être qu’iconique. Le combat du Justicier face au Dieu, la cape noire face à la cape rouge, la nuit face au jour, les métaphores ne manque pas est Lex Luthor nous le rappelle a multiple reprise durant ces 2h30 de film.

Déjà a la tête de Man Of Steel, Zack Snyder reprend du service pour cette suite qui ressemble plus a une introduction a l’univers que dessine progressivement DC Comics. La conséquence c’est que les thématiques du film sont nombreuses, en effet, il faut installer le Batman, ses origines, son combat, Gotham (même si cela est secondaire), revenir sur Superman et les conséquences de ses actes dans Man Of Steel, mais aussi introduire le personnage de Lex Luthor et l’antagoniste de cette histoire Doomsday. En parallèle à tout ça, Snyder pose les fondations de la Justice League a travers Wonder Woman mais aussi des apparitions brèves de Flash, Cyborg et Aquaman. Alors il est nécessaire de segmenter tout cela, pour analyser, décortiquer et donner un avis complet sur cet affrontement.

batman-v-superman-dawn-of-justice-9.jpg

1/ Que vaut la réinterprétation du Chevalier noir par Snyder ?

Snyder esquisse un Batman torturé, indéniablement cette relecture du mythique justicier se situerai dans le prolongement du Dark Knight Rises, on est face à un Bruce Wayne/Batman vieillissant, combattant le crime depuis une vingtaine d’années sans que rien ne change pour autant.

Snyder prend une décision intéressante pour traiter son histoire, celle de l’humain. En effet Batman est un mortel et il est ainsi confronté lui-même aux conséquences de ce sur-homme. Sa rage elle vient de cette impuissance face a l’immortel Superman. Ses interrogations sont légitimes, face a un pouvoir quasi-absolu ou sont les limites ? C’est finalement toute une réflexion sur le bien et le mal ? Est-ce que protéger le plus grand nombres justifie de laisser mourir des innocents ?

Ces multiples réflexions marche car ce Bruce Wayne à déjà vécu des traumatismes, il est usé par les combats multiples, la perte très probable de Robin qui nous est illustré a travers son costume tagué.

L’annonce de Ben Affleck dans le rôle de Bruce Wayne n’a pas provoqué un fort enthousiasme. C’est même plutôt le contraire, jugeant sans avoir vu les fans ont fait part de leurs déception face a ce choix. Beaucoup souligner le fait qu’il ne correspond pas au personnage, qu’il n’a pas de charisme ou encore qu’il est mauvais acteur. Alors comment s’en sort-il ? Plutôt bien, il est assez convaincant quand il enfile son costume de Batman, un tantinet moins persuasif quand il n’est que Bruce Wayne mais honnêtement cela ne mérite pas toutes les critiques que j’ai pu voir.

Mais au delà d’un goût personnel, pour moi Batman est James Bond. C’est à dire que peu importe l’acteur qui l’interprète, la seule chose que je demande c’est qu’il soit convaincant dans son rôle, il peut être roux, brun, blond, vieux ou jeune, ceci n’est pas important.

batman-v-superman-l-aube-de-la-justice-batman-vs-superman-ew-pics-1-942453.jpg

2/ Superman v. Batman, l’affrontement des titans ?

Tout d’abord revenons sur Superman, Henry Cavill reprend du service, il était la bonne idée de Man Of Steel et cela se confirme dans cette suite. Si le personnage est plus en retrait que Batman, tout le questionnement autour de ses agissements sont très intéressants. En effet, doit-il se soumettre aux lois ? Est-il au dessus de la Justice ? Finalement est-il LA Justice ?  Il est adulé et détesté, il provoque la joie chez certains mais la peine chez d’autres. Il y a la aussi ce tiraillement du bon et du mauvais, rien n’est noir ou blanc, tout n’est qu’une nuance de gris.

Dans tout cela même Clark Kent ne sait plus vraiment si ses actions sont bonnes ou pas, il doute comme Batman doute. Snyder avait fait une bonne chose dans Man Of Steel c’était d’approfondir un personnage souvent lisse et cette suite est l’illustration de ce besoin de moderniser le mythe. Ancré dans une époque de peur, de trouble il est l’espoir tout puissant celui qui inquiète par sa puissance. Superman c’est une bombe atomique, il protège, inquiète mais une fois lancée les conséquences peuvent être lourde. Le seul bémol face au traitement du sur-homme c’est qu’il y a peu de scènes qui exprime le tiraillement de Clark Kent ce qui est bien plus explicite chez Batman.

Mais alors ce face à face ? Il est dantesque, c’est la force sauvage contre la force divine. Le combat est fort, iconique, bien mené alors certain soulignerons que l’issu de cet affrontement est simpliste. Je suis d’accord sans approuver la critique. Ce servir du fait que la mère de Batman et celle de Superman s’appelle toute deux Martha est simpliste, le fait que la mère de Superman soit en danger est réveillé chez Bruce Wayne les blessures du passé est simpliste. Je ne peux pas remettre en cause cela. Pourtant ce n’est pas illogique, la perte de ses parents est un évènement traumatisant, peut importe les circonstances, le fait est que cette blessure elle ne guérit jamais. Alors sauver Martha pour Batman c’est sauver dans un sens sa mère. Ceci est schématique mais parfois je pense que l’humain n’est pas un être compliqué, parfois l’humain est simple.

Par contre on peut reprocher une chose, c’est que ce combat n’est finalement qu’un prétexte pour réussir les deux héros pour un combat final qui dessine les contours de la Justice League. Car oui, le véritable méchant de ce volet c’est bien Lex Luthor et sa création de Doomsday

batman-vs-superman-ew-pics-3.jpg

3/ Lex Luthor est-il le grand méchant attendu ?

Attaquons de suite, Eisenberg dans le rôle Lex Luthor ? J’étais plutôt excité. Mais malheureusement, une seule chose m’a réellement dérangé pendant le film c’est le fait qu’Eisenberg surjoue quelque peu son rôle.

Sur le plan même du personnage, peu de chose me dérange. Oui il est différent de ce que l’on a pu voir de Lex Luthor, il a des cheveux, il est jeune, il est fougueux, il n’est tout simplement pas encore réellement ce personnage. Il le deviendra s’en suit certains. Certains ont été dérangé par un autre aspect, son amour pour la métaphore. Il en écume des dizaines tout au long de ses répliques. Pourtant ce n’est guère surprenant, Lex a toujours été un personnage très intelligent, Snyder a pris le parti de faire passer cette intelligence a travers l’usage parfois abusif des métaphores. Pourquoi pas ? Ce n’est pas si dérangeant et cela apporte quelques touches d’humour.

Le véritable point fort du personnage c’est tout ce qui entoure la figure du père. Il ne cesse de parler de lui, on sent une relation conflictuelle, complexe entre les deux. Lex d’ailleurs se laisse a une confidence face à Superman, en lui disant que son père le frapper.

Ceci illustre que l’éducation fait tout, car il faut le dire Lex Luthor est un odieux connard qui sert a une chose crée Doomsday. Personnage iconique dans l’univers DC Comics, je ne connais que très peu, il est foncièrement pas dérangeant, mais son traitement est trop secondaire, il apparaît dans le dernier tiers du film pour laisser les prémisses de l’entente d’une future Justice Ligue, sa mort est expédié. Le tout est finalement assez bancal.

batman-vs-superman-dawn-of-justice-will-gal-gadot-s-wonder-woman-be-more-than-a-love-int-444466.jpg

4/ Wonder Woman la bonne idée du film ?

Mais si Doomsday ne marque pas, il permet de voir pour la première fois Wonder Woman ! Et c’est une claque, badass au possible, elle apparaît tout du long, on s’interroge sur les motivations de cette femme, qui est-elle ? Certains pourraient penser a Catwoman mais non la révélation est la, c’est bien Wonder Woman et sur un thème musical absolument jouissif elle débarque au milieu d’un combat et montre l’étendue de ses talents.

C’est la réussite de ce film, j’avais quelques doutes, pas parce que le personnage ne m’intéresse pas mais j’avais peur qu’elle arrive comme un cheveu sur la soupe. Ce n’est pas le cas et on ressort de la salle avec l’envie d’en savoir plus sur elle ! Elle est l’incarnation de la super-héroine, la première du genre sur grand écran. Alors qu’on ne vienne pas me parler de la veuve noire des Avengers qui a un rôle secondaire et qui n’a jamais eu en 3 phases Marvel l’honneur d’un film solo. Wonder Woman elle permet aussi d’équilibrer les forces face à une Lois Lane qui si elle démontre elle une journaliste pugnace, elle s’illustre aussi dans ce cliché universel de la fille en détresse.

Batman-V-Superman-Movie

5/ Qu’attendre pour la suite ?

L’introduction de Wonder Woman est accompagné de l’introduction d’autres personnages Flash, Aquaman et Cyborg.

Ceci permet d’une part, de montrer l’existence d’un univers plus vaste, il n’y a pas de segmentation entre les différents héros, ils existent dans un même univers et ceci est bien plutôt assez bien gérer. En tout cas mieux que chez Marvel ou la plupart des pistes sur les Avengers étaient évoqués dans des scènes post-générique, Snyder le traite plus ou moins bien dans l’action même du film. Alors est-ce que sur la durée cela tiendra la route ? Je ne sais pas, on verra.

Et d’autre part, a titre purement personnel j’ai envie de voir cette Justice Ligue, d’en connaître plus sur ces personnages. Je suis personnellement bien plus excité par le futur que m’offre DC que celui de Marvel. Alors la suite c’est Suicide Squad, pari risqué pour deux raisons, l’apparition du Joker (qui divisera j’en suis certains) mais aussi de Harley Quinn personnage adulé par certains fans. Par la suite c’est les origines de Wonder Woman qui nous seront raconté avant le premier volet de la Justice League toujours sous la réalisation de Snyder.

D’ailleurs je terminerai tout cela par Snyder, connu pour son gout de l’esthétisme. Si Man Of Steel m’avait déçu sur le plan purement visuel, Batman v. Superman est indéniablement un Snyder, il réussit a s’adapter au personnage mit en avant, quand Batman est a l’écran tout est très froid, les couleurs ne sont qu’une palette de gris/noir/marron. Quand Superman occupe l’écran, Snyder propose des couleurs plus soutenue, une forte utilisation de la lumière qui rappelle par certains aspects les tableaux de la renaissance.

Le réalisateur puisse dans différents supports pour créer un mélange des genres et surtout une appropriation de l’œuvre. Ce n’est pas un Nolan, ce n’est pas un Burton c’est bel et bien un Snyder.

Alors Batman v. Superman est une introduction satisfaisante a l’univers DC Comics, le film est sombre, torturé, il aborde de multiples sujets, parfois délicats quand il s’aventure dans la politique ou même le terrorisme. Alors bien sur, il y a des maladresses, certains personnages sont anecdotiques (Alfred pour ne cité que lui), le « grand » méchant est trop secondaire pour pouvoir véritablement marquer. Certaines intrigues sont plus ou moins intéressante mais il y a de l’ambition, il y a une patte visuelle, l’envie de créer un monde et ça c’est ce que j’attends d’un film.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s