FOCUS : STEVEN SPIELBERG

Steven Spielberg est sans aucun doute l’un de ceux qui aura le plus marqué la pop culture de ces 30 dernières années. Des premières sueurs devant Les Dents De La Mer, au sourire enfantin du Bon Gros Géant, le réalisateur a su marquer des générations de spectateur a coup d’image marquante. Que cela soit le vélo volant de E.T, les dinosaures de Jurrasic Park ou une scène de débarquement ahurissante de réalisme Spielberg s’emploie a ne jamais laisser son spectateur sans réaction.

009-steven-spielberg-theredlist

Les réactions elles sont immédiates quand Spielberg filme une course poursuite endiablée dans le méconnu Duel, un thriller minimaliste a l’impact maximaliste. Puis très vite, le premier succès, la naissance d’un nouveau cinéma a jamais marqué par ce début, on est en 1975 les spectateurs découvrent le premier blockbusters, est quel blockbusters, Les Dents De La Mer. Véritable traumatisme et encore une fois l’impact, puissant, les images, gravés, la musique, vibrante !

Par la suite c’est Rencontres Du 3eme Type, E.T et Indiana Jones l’imposent comme l’homme du divertissement. Pourtant Spielberg est plus qu’un simple divertisseur, il cultive l’envie d’exigence avec chacune de ses œuvres. L’envie de plonger le spectateur dans son univers pour lui faire vivre milles et une émotion. C’est bel et bien le cœur du cinéma du Entertainment King, l’émotion, procurer quelques soit le budget, le gigantisme,  tout doit se ramener a l’émotion. Car plus que de simple blockbusters, Spielberg est l’un des rares a avoir su insuffler de l’intime dans le spectaculaire.

Véritable précurseur, Spielberg marquera un grand coup en 1993, c’est Jurrasic Park, un monument du cinéma de divertissement et surtout la démocratisation des effets spéciaux à partir de ce moment tout devient possible. Spielberg réalise le rêve de génération entière, celle de voir l’humain et le dinosaure cohabiter pourtant le réalisateur va marquer un autre coup la même année. Après le spectaculaire, place a l’atrocité, on délaisse l’émerveillement pour les larmes, c’est La Liste De Schindler, c’est du grand Spielberg et c’est la seconde facette de l’homme.

Plus qu’un homme de divertissement, Spielberg est un homme d’Histoire. Il en est passionné et va s’efforcer de porter un regard sur notre passé, nous secouer, faire ce travail essentiel que celui du souvenir. Tout commence par La Couleur Pourpre, 1985, le réalisateur s’attaque a l’esclavage et décroche les premières larmes. 1987, L’empire Du Soleil, début d’une histoire, celle de la Seconde Guerre Mondiale qui occupera l’esprit de l’homme dans deux autres films. La Liste de Schindler bien sûr et surtout Il Faut Sauver Le Soldat Ryan. Le réalisateur devient professeur d’histoire, il nourrit le savoir, et continue d’insister sur l’émotion, palpable, sublime, fatale.

Dans les années 2000, c’est la tragédie des Jeux Olympiques de 1972 qui serviront de support à Munich, puis il portera un regard sur la Première Guerre Mondiale dans le touchant et pourtant mal aimé Cheval De Guerre, avant l’envie de toujours. Le biopic, sur le président qu’il aime tant, celui qui le fascine, Lincoln. Puis 2015, les retrouvailles avec l’ami de toujours, Tom Hanks, celui qui a déjà joué 3 fois avec Spielberg, enfile de nouveau les costumes de l’Histoire pour la Guerre Froide dans l’humaniste, Le Pont Des Espions.

Bien sur, entre temps le réalisateur n’oubliera pas sa passion pour le divertissement et offrira ce qui pourrait être défini comme la trilogie de science fiction de Spielberg avec le très Kubrick, A.I, le très Philip K.Dick, Minority Report et La Guerre Des Mondes de H.G. Wells. A chaque fois la même démarche, respecter le travail de base tout en apportant toutes les nuances d’un Spielberg. Entres tout cela, il s’offrira une escapade dans les 60’s avec Arrête-moi si tu peux, ressuscitera Indiana Jones avant de s’essayer motion capture dans Les Aventures De Tintin.

tom-hanks-bridge-of-spies-2-xlarge

Voici donc la synthèse du réalisateur. Un homme de divertissement, un homme d’Histoire, un homme qui conjugue les deux. Il a créé des personnages iconiques dont le plus évident est Indiana Jones. Il a créé les plus belles émotions, dont la plus grande est celle de la recherche désespérée de la fée bleue dans A.I. Il a recréé l’Histoire a de nombreuses reprises mais surtout et pour toujours dans La Liste de Schindler. Il aura rendu hommage au plus belge des héros dans Les Aventures de Tintin. Il aura fait de la science fiction sa muse à travers le bijou Minority Report. En un résumé il aura marqué le cinéma.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s